En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Notre Philosophie - La Salutogénèse


Notre approche est basée sur le concept de la salutogénèse décrivant comment se crée la santé par opposition à la pathogénèse qui décrit l'origine de la maladie.

Lonhea est la contraction des mots anglais “Longevity” (longévité) et “Health” (santé).

Notre mission est de vous aider à retrouver, optimiser et maintenir ce que vous avez de plus précieux – votre santé – afin d’assurer et d’accroître votre bien-être et votre longévité.

Nous souhaitons créer et accompagner un véritable changement de vie plutôt que de vous recevoir dans le cadre d’une démarche ponctuelle pouvant produire un effet éphémère et déculpabilisant. 


La Méthode

UNE APPROCHE GLOBALE DE LA PERSONNE

Le monde de la santé vit une période exaltante. L’accessibilité immédiate aux résultats des recherches scientifiques permet une accélération phénoménale de la compréhension de la physiologie humaine. Malgré cela, les patients sont encore trop souvent traités selon des concepts erronés ou incomplets. La méthode Lonhea ne s’appuie que sur des recherches récentes et validées afin d’offrir à ses patients une prise en charge optimale. Depuis la naissance de la médecine moderne (Louis Pasteur), le clivage entre la médecine, dite scientifique, et les médecines dites traditionnelles ou empiriques, n’a cessé de se creuser. On parle aujourd’hui de “médecine alternative”, ce qui tend à confirmer la séparation entre ces deux mondes. Pourtant, les recherches scientifiques récentes vont dans le sens d’une réunification. Ces deux philosophies de santé, car il s’agit bien de philosophie, sont amenées à fusionner pour créer une nouvelle voie commune. Cette dernière permet une approche globale du patient avec des axes prioritaires bien définis. 

LE MODELE SANTE DES DEUX CERVEAUX

La médecine traditionnelle chinoise en parlait déjà, sous forme de métaphore et de concept philosophique. Cette approche est maintenant pleinement validée scientifiquement. La santé est le fruit de l’équilibre entre deux cerveaux : le cerveau digestif et le cerveau encéphale. 

1. Le Cerveau Digestif

Le cerveau digestif doit assurer les apports énergétiques, les nutriments essentiels*vitamines* et les oligoéléments*. Il doit faire office également de barrière de protection au même titre que la peau, la muqueuse pulmonaire* et la barrière hémato-encéphalique* , afin d’empêcher l’entrée d’intrus non désirés. Il communique en permanence avec le cerveau par l’intermédiaire du système nerveux entérique* et par de nombreuses hormones, lipoprotéines*interleukines* et autres substances dont certaines encore inconnues. 

  Des bactéries utiles

L’interface digestive est à concevoir dans sa globalité. Les 1000 espèces de bactéries qui sont contenues dans notre tube digestif en font partie. Elles vivent en symbiose avec nous depuis des milliers d’années. Nous nous nourrissons des fruits de leurs métabolismes. Elles nous fournissent environ 50% de nos apports en nutriments essentiels. Elles produisent également beaucoup de lipoprotéines, qui sont capables d’envoyer des informations à notre cerveau. Elles jouent un rôle fondamental dans les fonctions immunitaires et surtout dans la production d’inflammation*, qui peut affecter l’ensemble du corps. Les dernières évidences scientifiques démontrent clairement les liens entre la flore intestinale et certaines maladies, comme l’obésité ou le diabète de type 2. Il est ainsi fondamental d’assurer la qualité de notre flore intestinale afin de préserver notre santé. 

  Protéger les jonctions serrées 

La muqueuse intestinale* joue quant à elle un véritable rôle de barrière. Elle est constituée de cellules juxtaposées qui sont maintenues ensemble par des jonctions serrées*. L’intégrité de ces liaisons est essentielle. La muqueuse intestinale est la limite entre l’extérieur et l’intérieur du corps. Il n’est dès lors pas étonnant que plus de la moitié de nos défenses immunitaires soient situées le long de notre tube digestif. Lorsqu’une bactérie ou une protéine étrangère pénètre cette couche protectrice, le système immunitaire doit prendre le relais pour nous en débarrasser. Cela peut représenter des dépenses énergétiques considérables pour notre organisme. Cette energie ne sera plus disponible pour d’autres fonctions. Il est donc capital de s’assurer que nos cellules intestinales (entérocytes) reçoivent une nutrition optimale et que rien ne vienne attaquer nos jonctions serrées. 

 2. Le Cerveau Encéphale 

Le cerveau encéphale est le moteur, le régulateur, le coordinateur de l’ensemble des fonctions essentielles. Pour que ce cerveau fonctionne bien, il faut d’une part qu’il soit bien protégé par le cerveau digestif et d’autre part qu’il soit en permanence activé. L’activité physique, le mouvement via la stimulation des neurones du cervelet*, est l’activation la plus importante. Les autres stimulations, visuelles, auditives, gustatives et tactiles jouent également ce rôle. Au cours de l’évolution, notre cerveau s’est transformé. Nous pouvons y distinguer différentes zones selon les stades du développement. Le cerveau primitif, dit reptilien*, est la zone la plus importante en ce qui concerne la santé. Il gère les fonctions essentielles et assure la bonne coordination des différents cycles rythmant nos journées. Les autres zones ont des actions régulatrices sur le cerveau reptilien. L’évaluation du fonctionnement de toutes ces zones est donc capitale si nous voulons connaître notre état de santé. Elle se fait grâce aux nouvelles découvertes effectuées dans le domaine de la neurologie fonctionnelle. Il est dès lors possible de stimuler ou d’inhiber certaines aires cérébrales afin de modifier leurs effets régulateurs sur le cerveau reptilien. 

HARMONIE ET ENVIRONNEMENT FAVORABLE

La méthode du Dr Michel Golay a pour but de permettre à nos deux cerveaux de fonctionner en harmonie et aux cellules de se trouver dans un environnement favorable à leur épanouissement. 


  Combattre le stress oxydant 

Par ailleurs, le marqueur de la souffrance cellulaire est bien connu. Il s’agit du stress oxydant*. Ce dernier est influencé par les grands changements, liés à notre mode de vie, qui sont :   

  • La diminution de l’activité physique. 
  • La diminution de la consommation de fruits et légumes générant une acidose métabolique latente*
  • La modification du rapport sodium/potassium*
  • La forte diminution de la consommation de fibres alimentaires, entrainant une modification de la flore intestinale et l’apparition d’inflammations*
    digestives et de bas grade. 
  • Une modification du rapport oméga-6/oméga-3*
  • La consommation insuffisante de certains éléments nutritionnels (vitamine D, zinc, sélénium, etc.). 
  • L’accumulation de stress multiples (sonores, professionnels etc.). 
  • L’absorption croissante par notre corps de particules fines et xénobiotiques* (sels d’aluminium, paraben, etc.). 
 
Par conséquent, le rééquilibre de ces indicateurs est fondamental dans le développement de la santé.

Contact

LONHEA

rue de Contamines 26

1206 Genève

SUISSE

Tel: +41 (0)22 704 32 36


info@lonhea.com
www.lonhea.com